Aide à la recherche / Lieux Historiques

LIEUX ET BÂTIMENTS HISTORIQUES

Lieux historiques

Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les lieux historiques sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : LIEUX ET BATIMENTS HISTORIQUES

L'ANCIEN DEPÔT DES GARDES FRANCAISES

L'ancien dépôt des Gardes Françaises

Le dépôt des gardes françaises se trouvait au croisement du boulevard des Capucines et de la rue de la Chaussée-d'Antin. Il avait été établi par le colonel duc de Biron en 1764.


Le quadrilatère de bâtiments, aujourd'hui divisés, qui sépare la rue du Helder de la rue de la Chaussée-d'Antin, a encore l'air d'une jolie caserne ; l'architecture identique des maisons dont il se compose, les balustres du premier étage, les jours arqués de l'entresol, et jusqu'aux têtes de Méduse qui décorent une porte cochère, trahissent le XVIIIe siècle et une vocation originaire qui n'est pas celle, d'immeuble à faire des rentes. Néanmoins le plan de billot, qui a paru en 1773, indique une solution de continuité dans la façade, à l'angle même de la rue. Une gravure de 1789 montre sur le même point une grille, que flanque un petit bâtiment tout à fait à l'extrémité du boulevard. Cette estampe consacre la mémoire d'un engagement, qui eut lieu le 12 juillet entre le régiment Royal-Allemand et un détachement de gardes-françaises : ceux-ci sauvaient leur colonel, M. Duchâtelet, de l'effervescence populaire ; en combattant avec le peuple. L'entrée de la caserne, théâtre de cette lutte, ne garda pas longtemps le même aspect. Le Dépôt était une école pour l'éducation militaire. On y recevait 160 ou 200 fils de soldats, auxquels on apprenait à lire, à écrire, à compter, l'allemand, l'escrime et, l'exercice à feu, depuis l'âge de 10 ans jusqu'à celui de 16 ; les élèves, qui coûtaient au roi 8 sols par jour, comme les gardes, étaient à la nomination du colonel et du major ; un Officier du corps et quatre sergents exerçaient tout le commandement de l'école ; des caporaux, qui avaient qualité pour aspirer au grade de sergent, mettaient plusieurs années à gagner leurs galons en initiant au maniement des armes les futurs gardes. Toutefois, à 16 ans, les élèves étaient libres de contracter un engagement, ou de renoncer à l'état militaire en parfaite connaissance de cause, non seulement sans indemnité, mais encore sans rappel possible. La musique des gardes-françaises, dont le corps était au Dépôt, faisait également des élèves. Elle finit par y renouer des rapports, qui, à l'origine, avaient pu être aussi intimes, avec les Menus-Plaisirs, ou du moins le Conservatoire, école de chant établie en 1784 dans le même hôtel, au faubourg Poissonnière. L'honneur n'en revient pas moins à l'ancien Dépôt des Gardes-françaises d'avoir servi de berceau à l'enseignement de la musique instrumentale et d'avoir été un moment le Conservatoire tout entier. La présence de Rossini, locataire d'un appartement au-dessus du café-restaurant qui s'est mis sous l'invocation du général Foy, fait que l'ancienne école est maintenant habitée par un des plus grands maîtres de la musique.


Adresse

2, rue de la Chaussée d'Antin
75009 PARIS


GPS

Latitude : 48.871263
Longitude : 2.334159



Comment s'y rendre

Métro : Opéra (lignes 7,8, 9)
Bus : 20, 21, 22, 27, 29, 42, 52, 53, 66, 68, 81, 95 arrêt Opéra


A voir dans les environs

Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 9ème et découvrir les environs


Liens

Vous pourriez être intéressés par d'autres articles sur le 9ème arrondissement.
Cet article est lié à la catégorie Bâtiments Historiques.


Liens externes sur ce sujet

-


Sources

Wikipedia
Divers Internet
http://www.paris-pittoresque.com/rues/157.htm
Photo R. Desenclos 2013