Aide à la recherche / Sculpteurs de Paris

LES SCULPTEURS DE PARIS

Les sculpteurs de Paris

Cet article est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les sculpteurs sont classés par ordre alphabétique.

Lire la suite : SCULPTEURS DE PARIS

LES SCULPTEURS DE LA CAPITALE - JAMES PRADIER
 
 
Les statues de la Comédie légère et de la Comédie sérieuse
 
James Pradier, nom d'usage de Jean-Jacques Pradier, né à Genève le 23 mai 1790 et mort à Paris le 4 juin 1852 est un sculpteur et peintre français d'origine suisse.
Jean-Jacques Pradier est le quatrième enfant d'une famille issue de réfugiés originaires du Languedoc. Suivant la mode de l'époque, il adopte le prénom anglophone de « James ». Il entre en 1804 à l'école publique de dessin. Il rejoint en 1807 son frère Charles-Simon Pradier à Paris où il travaille pour François-Frédéric Lemot avant d'être admis dans son atelier à l'École des beaux-arts de Paris, ainsi que dans ceux des peintres Charles Meynier et François Gérard. Il remporte le grand prix de Rome de 1813 en sculpture pour son bas-relief Néoptolème empêche Philoctète de percer Ulysse de ses flèches. Il est nommé professeur de sculpture à l'École des beaux-arts de Paris le 23 janvier 1828, où il remplace François-Frédéric Lemot. C'est Auguste Dumont qui lui succèdera à son décès en 1852. James Pradier a une liaison avec Juliette Drouet dont naît une fille, Claire Gauvain (1826-1846). C'est Juliette Drouet (peu probable) ou son épouse Louise, qui sert de modèle au sculpteur pour la statue allégorique de Strasbourg, située à Paris, place de la Concorde. Cette liaison prend fin dès que Juliette rencontre le prince Demidoff, qu'elle quittera pour Victor Hugo, alors ami de Pradier. Il fait office de père pour la petite Claire le temps de la courte vie de l'enfant, ce qui compromet les rapports entre les deux artistes. Néanmoins, Victor Hugo mène le cortège avec James Pradier lors des obsèques de Claire, morte à 22 ans.
Paris 1er
Jardin des Tuileries, Prométhée enchaîné
Eglise de Saint-Roch, Saint-André. 1823.
Fontaine Molière. La Comédie légère - La Comédie sérieuse. 1844
Paris 5ème
Muséum national d'Histoire naturelle, Georges Chrétien Léopold Dagobert Cuvier (1769- 1832) 1834.
Paris 6ème
Bibliothèque de l'Institut, François Juste Raynouard, secrétaire perpétuel de l'Académie, 1845.
École nationale supérieure des beaux-arts, Buste du baron Gérard
Eglise de Saint-Sulpice, Saint-Pierre, 1822.
Palais du Luxembourg, Le Jour - La Nuit 1841.
Paris 7ème
Eglise Sainte Clotilde, Pilate se lave les mains - Jésus-Christ porte sa croix – Jésus Christ, succombe sous le poids de la croix - Jésus console la sainte mère - Simon de Cyrène soutient la croix - Véronique essuie la face de Notre Seigneur - Jésus succombe pour la seconde fois. 1852.
Hôtel des Invalides, douze statues de « Victoire », marbre, église Saint-Louis des Invalides et tombeau de Napoléon Ier
Palais Bourbon, La Liberté. 1832.
Palais Bourbon, L’Ordre public. 1832.
Paris 8ème
Arc de triomphe de l'Etoile. Deux groupes de Renommées. 1834.
Eglise de la Madeleine. Saint Jean l'Evangéliste.
Eglise de la Madeleine. Saint Pierre.
Eglise de la Madeleine. Saint Jacques.
Eglise de la Madeleine. Saint André.
Eglise de la Madeleine. Le mariage de la Vierge.
Place de la Concorde. Strasbourg. 1836.
Place de la Concorde. Lille. 1836.
 
Paris 9ème
Eglise de la Trinité. La Force
 
Paris 11ème
Cirque d'hiver de Paris, L'Amazone, version modifiée de la statue créée pour le Cirque des Champs-Elysées
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles sur les Sculpteurs de la capitale.
Sources
Divers Internet
Wikiphidias
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2011