Aide à la recherche / Sculpteurs de Paris

LES SCULPTEURS DE PARIS

Les sculpteurs de Paris

Cet article est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les sculpteurs sont classés par ordre alphabétique.

Lire la suite : SCULPTEURS DE PARIS

LES SCULPTEURS DE LA CAPITALE - EUGENE-LOUIS LEQUESNE
 
 
Philippe de Commines
Eugène-Louis Lequesne (ou le Quesne), né à Paris le 15 février 1815, et mort dans la même ville le 3 juin 1887, est un sculpteur français.
On sait, grâce à l'ouvrage de Charles Lefeuve de 1875, Les anciennes maisons de Paris. Histoire de Paris rue par rue, maison par maison, que Lequesne était le fils du propriétaire dans 3e arrondissement d'un immeuble d'angle, rue Villehardouin, qu'il tenait de son aïeul M. Garand, directeur général des subsistances militaires, et où aurait habité dans le passé Crébillon père. Après une formation juridique couronnée par un diplôme d’avocat, il entre en 1841 à l’École des beaux-arts de Paris, dans l’atelier de James Pradier, et expose au Salon dès l’année suivante. Ses études sont qualifiées de « brillantes » dans la notice qui lui est consacrée dans le Dictionnaire Bénézit (tome VIII). En 1843, il obtient en effet le deuxième prix de Rome, et en 1844 le premier prix, avec un bas-relief intitulé Pyrrhus tuant Priam, dont le plâtre est conservé à l’École des beaux-arts de Paris. Il figure sur la liste des pensionnaires de l’Académie de France à Rome de 1844 à 1849, et y côtoie cette dernière année Jean-Louis Charles Garnier, grand prix d’architecture de 1848. Durant son séjour à Rome, il sculpte une copie du Faune Barberini, qui, expédiée en France en 1846, est actuellement conservé à l’École des beaux-arts de Paris. En 1851, il obtient une médaille de 1re classe au Salon, avec son Faune dansant dont la version en bronze de deux mètres de haut destinée au jardin du Luxembourg est exposée l’année suivante. Il se voit décerner le grand prix de sculpture à l’Exposition universelle de 1855, ainsi que la Légion d'honneur. Il est devenu alors un artiste reconnu du Second Empire, tout comme son maître, Pradier, brusquement disparu en 1852, l’avait été pour la monarchie de Juillet. Il faut signaler les liens très étroits entre les deux sculpteurs.
Saint Cloud. Paris, Eglise de Sainte Clotilde. (Œuvre commencée par James Pradier et achevée par Eugène Lequesne et Jean Baptiste Guillaume). 1852.
Les cinq premières stations du chemin de la croix. Paris, Eglise de Sainte Clotilde. (Œuvre commencée par James Pradier et achevée par Eugène Lequesne et Jean Baptiste Guillaume). 1852.
Jacques, dit James Pradier (1794-1851), statuaire, membre de l'Institut. Paris, Cimetière du Père-Lachaise. 1852.
Cariatides. Louvre, pavillon Denon.
Saint Louis. Paris, Eglise Saint-Paul-Saint-Louis. 1860.
Saint François d'Assise. Paris, Eglise de Saint Augustin. 1862.
Saint Louis. Paris, Eglise de Saint Augustin. 1862.
Saint Dominique. Paris, Eglise de Saint Augustin. 1862.
Laënnec buste. Faculté de Médecine de Paris.
Les Sociétaires de la Comédie-Française déposant une couronne sur le buste de Molière. Comédie Française. 1864.
La Charité. (Œuvre exécutée d'après les modèles de Francisque Duret). Paris, Eglise de la Trinité. 1865.
La Foi. (Œuvre exécutée d'après les modèles de Francisque Duret). Paris, Eglise de la Trinité. 1865.
L'Espérance. (Œuvre exécutée d'après les modèles de Francisque Duret). Paris, Eglise de la Trinité. 1865.
Cariatide La Force. Palais de Justice côté nord.
Cariatide La Justice. Palais de Justice côté nord.
Cariatide L'Innocence. Palais de Justice côté nord.
Cariatide Le Crime. Palais de Justice côté nord.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles sur les Sculpteurs de la capitale.
 
Sources
Divers Internet
Wikiphidias
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2011