LES SCULPTEURS DE LA CAPITALE - GERMAIN PILON
La statue de la Vierge
 
 
Germain Pilon, né vers 1528 à Paris et mort en 1590 dans la même ville, est l'un des plus importants sculpteurs de la Renaissance française. Il a été le sculpteur des tombes des rois français du XVIe siècle.
 
Fils du sculpteur André Pilon, il s'initie auprès de ce dernier, et vraisemblablement avec Pierre Bontemps, au modelage de la terre cuite et à la taille de pierre. Nommé contrôleur des Poinçons et Monnaies du roi, il apprend également l'art de la fonte et du ciselage du bronze. De 1558 à sa mort, il travaille pour la Cour de France, réalisant les monuments funéraires de François Ier et d'Henri II, les gisants de ce dernier et de Catherine de Médicis, ainsi que les monnaies royales, la statuaire de la chasse de Sainte Geneviève. Il est également un sculpteur apprécié de l'aristocratie française, là encore spécialisé dans l'art funéraire. Dans son atelier travaillent ses fils, ainsi que Mathieu Jacquet, lesquels assurent le succès du style de Pilon sur plusieurs décennies. En 1558, le Roi Henri II charge l'architecte Philibert Delorme de concevoir le tombeau de François Ier à l'abbaye de Saint-Denis. L'architecte passe alors commande auprès de plusieurs sculpteurs de "génies funéraires". C'est ainsi que Germain Pilon, alors jeune, réalise une statuette en marbre blanc qui constitue son premier ouvrage connu. Ce Génie funéraire rappelle fortement la sculpture de Michel-Ange et témoigne de la virtuosité de Germain Pilon à imprimer le mouvement. Cependant elle ne sera pas utilisée pour le tombeau. Le Génie funéraire est aujourd'hui exposé au Musée national de la Renaissance d'Ecouen. Par la suite, Germain Pilon participera à de nombreux monuments royaux ou privés, avec notamment Les Trois Grâces puis, en 1565, le tombeau d'Henri II à Saint-Denis. Ces œuvres témoignent de l'appartenance de Germain Pilon au maniérisme.

Œuvres de Germain Pilon à Paris et à Saint-Denis


•    Cadran extérieur du Palais de Justice.1585.
•    Mascarons du Pont Neuf
•    Quatre figures de Vertus portant les instruments de la Passion. Eglise des Grands-Augustins
•    Saint François d'Assise en extase. (Monument funéraire d'Henri II à Saint-Denis). Cathédrale Sainte Croix - Saint Jean des Arméniens. 1580.
•    Saint François en extase, 1583-85. Marbre, Paris, église Saint-Jean-Saint-François.
•    Vertus cardinales. Eglise Sainte-Geneviève-du-Mont.
•    Vierge de douleur (Vergine dolorosa), 1583-85. Marbre, Paris, église Saint-Paul, quartier du Marais ;

Au Louvre

Buste d’Henri III. Musée du Louvre.

La Déploration du Christ. Deux bas-reliefs. Tombeau du Cardinal de Birague. Musée du Louvre. 1584.
La Résurrection. (Monument funéraire d'Henri II à Saint-Denis). Musée du Louvre. 1572.
Le Cardinal René de Birague (1506-1583). Tombeau. Musée du Louvre. 1584.
Le Christ au jardin des Oliviers, Saint Paul, Melchisédech. (initialement à l’église Saint-Étienne-du-Mont). Musée du Louvre. 1582.
Masque d'Henri II. (Monument funéraire d'Henri II à Saint-Denis). Musée du Louvre. 1565.
Médaille de Catherine de Médicis et un homme de face. Musée du Louvre. 1589.
Médaillon : Catherine de Médicis. Musée du Louvre. 1875.
Médaillon : le chancelier de Birague (1506 - 1583). Musée du Louvre. Vers 1577
Médaillon de Birague. Musée du Louvre.
Tombeau de Valentine Balbiani. Musée du Louvre. 1574.

Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles sur les Sculpteurs de la capitale

Sources

Divers Internet
Wikiphidias
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2014 – Vierge de douleur. Eglise Saint-Paul Saint-Louis, 99, rue Saint-Antoine, Paris 4ème.