Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LA STATUE D'ALFRED VULPIAN
 
 
 
 
La statue de Vulpian
La statue en pierre d’Alfred Vulpian (1826-1887) a été réalisée par Paul Richer (1849-1933) en 1928 et se trouve au pied des escaliers de la rue Antoine Dubois.
 
 
Edmé Félix Alfred Vulpian, né le 5 janvier 1826 et mort le 18 mai 1887 à Paris, est un physiologiste et neurologue français, médecin des hôpitaux et professeur d'anatomie pathologique et de pathologie expérimentale. Petit-fils de l'avocat Jean-Baptiste Vulpian (dernier bailli de Meudon), fils de l'avocat/auteur dramatique, Alphonse Vulpian, Alfred Vulpian est l'élève de Pierre Flourens. En 1856, il met en évidence une substance produite par l'extrait de glandes surrénales nommée plus tard adrénaline (isolée en 1901 par Takamine Jōkichi et purifiée par Thomas Aldrich) et publie ses « Recherches expérimentales sur la physiologie et la pathologie des capsules surrénales » dans le Compte Rendu de l'Académie des sciences. En 1859, il a le premier l'idée de cultiver des tissus animaux2 ; il isole des fragments de queue de têtard et essaye de les cultiver dans l'eau. Bien qu'il obtienne la survie des cellules, elles ne se multiplient pas, et cette tentative n'apporte guère d'informations, si ce n'est de démontrer la capacité de survie des cellules en dehors de l'organisme. En 1864, il remarque que les patients atteints d'un ictus apoplectique ont la tête et les yeux tournés du côté opposé à leur hémiplégie, c’est-à-dire du côté de leur lésion cérébrale : ce sera le sujet de la thèse de son élève Jean-Louis Prévost. Ce signe classique est connu depuis lors sous le nom de loi de Prévost-Vulpian. Avec son ami Charcot, il décrit la sclérose en plaques. Leurs travaux sur cette maladie sont publiés en 1868 dans la Gazette des Hôpitaux. « Appelé à prendre possession de la chaire de pathologie expérimentale et comparée, lorsqu'elle est devenue vacante par la suite de la démission de M. Brown-Séquard, j'ai choisi, pour sujet de mon premier cours (mars-juillet 1873), la physiologie et la pathologie de l'appareil nerveux vaso-moteur » écrit Vulpian dans sa préface. Toujours avec Charcot à la Salpêtrière, il se consacre à l'étude de la physiologie et de la pathologie du système nerveux. Il étudie la dégénérescence et la régénération du système nerveux ainsi que l'effet des drogues sur celui-ci. Il apporte un nouvel éclairage sur la neuropathologie. Élu membre de l'Académie des sciences en 1876, il ouvre de nombreux laboratoires. En 1885 avec Jacques-Joseph Grancher (1843-1907), il réussit à convaincre Louis Pasteur de faire la première vaccination contre la rage sur le jeune Joseph Meister, qui a été mordu par un chien enragé.
 
Paul Marie Louis Pierre Richer, né le 17 janvier 1849 à Chartres et mort le 17 décembre 1933, est un neurologue, anatomiste, historien de la médecine, dessinateur et sculpteur français. Doué pour 'observation et le dessin d'après modèle vivant, Paul Richer a rapidement été distingué comme l'un des meilleurs dessinateurs et illustrateurs d'anatomies humaines de son époque. Il a aussi produit des bas-reliefs (médailles) et sculptures en ronde bosse confirmant son talent d'anatomiste et de physiologiste. Lauréat de l'Institut de France, il a aussi été titulaire de la chaire d'anatomie artistique de l'École des beaux-arts de Paris en 1903. Ses études en terre-cuite de paysans d'un style proche de celui de son ami Jules Dalou, dont il a été l'un des exécuteurs testamentaires, sont conservées à Paris au musée d'Orsay, au Petit Palais, à l'École des beaux-arts de Paris, au musée national de Céramique de Sèvres et au musée de la Piscine de Roubaix.
 
Adresse
Rue Antoine Dubois
75006 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.851386
Longitude : 2.340127
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Odéon (lignes 4, 10)
Bus : 63/86/87/96 arrêt Odéon
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 6ème et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur le 6ème arrondissement.
Cet article est lié à la catégorie Statues Diverses ainsi que celle des Statues du 6ème arrondissement.
 
 
Sources
Divers Internet
Photo R.Desenclos 2013