Aide à la recherche / Statues et Sculptures Diverses

LES STATUES DIVERSES

Les autres statues
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les statues et sculptures diverses sont classés par ordre alphabétique pour chaque lieu ainsi que pour les oeuvres isolées. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier. Cliquer sur le lieu recherché et la page détaillant les oeuvres apparaîtra.

Lire la suite : STATUES ET SCULPTURES DIVERSES

LA STATUE DE FRANCOIS FENELON
 
La statue de François Fénelon
 
 
La Fontaine Saint-Sulpice située sur la place éponyme devant l’Eglise du même nom abrite quatre statues. Erigée en 1844, elle est l’œuvre de Visconti.
 
 
Elle a remplacé la fontaine de la Paix et des Arts, édifiée ici en 1807, qui se trouve depuis 1935 dans l’allée du Séminaire. Outre les quatre personnages, la fontaine est également ornée de quatre lions couchés autour du bassin. La statue de François Fénelon est l’œuvre de François Lanno (1800-1871).
 
François de Salignac de La Mothe-Fénelon dit Fénelon, né le 6 août 1651 au château de Fénelon à Sainte-Mondane (Quercy) et mort le 7 janvier 1715 à Cambrai, est un homme d'Église, théologien et écrivain français. Précepteur du duc de Bourgogne, archevêque de Cambrai (1695-1715), il s'opposa à Bossuet et tomba en disgrâce lors de la querelle du quiétisme, et surtout, après la publication de son roman, Les Aventures de Télémaque (1699), considéré comme une critique de la politique de Louis XIV. L'influence littéraire de ce roman fut considérable pendant plus de deux siècles. Fénelon, né le 6 août 1651 au château de Fénelon à Sainte-Mondane, était issu d'une famille noble du Périgord, ancienne mais appauvrie. Il est le fils de Pons de Salignac (1601-1663), marquis de La Mothe-Fénelon et de la seconde épouse de ce dernier, Louise de La Cropte de Chantérac. Plusieurs des ancêtres de Fénelon s'étaient occupés de politique, et sur plusieurs générations certains avaient servi comme évêques de Sarlat. Comme il était un cadet (son père ayant eu neuf enfants de sa première épouse, Isabeau d'Esparbes de Lussan, et trois de sa seconde, dont Fénelon), il fut destiné de bonne heure à une carrière ecclésiastique, tout comme son demi-frère homonyme issu du premier lit, François Pons de Salignac comte de La Mothe-Fénelon, sulpicien et missionnaire au Canada. Dans son enfance Fénelon reçut l'enseignement d'un tuteur au château de Fénelon, qui lui donna une solide connaissance du grec ancien et des classiques. En 1667, à l'âge de seize ans, on l'envoya à l'université de Cahors où il étudia la rhétorique et la philosophie. Quand le jeune homme exprima son attirance pour une carrière dans l'Église, son oncle, le marquis Antoine de Fénelon (ami de Jean-Jacques Olier et de saint Vincent de Paul, il avait participé à la fondation de la Compagnie du Saint-Sacrement dont les principes influenceront profondément son neveu) l'envoya étudier au collège du Plessis, dont les étudiants en théologie recevaient le même enseignement que ceux de la Sorbonne. Il s'y lia avec Louis Antoine de Noailles, qui plus tard devint cardinal et archevêque de Paris. Fénelon montra un tel talent au collège du Plessis qu'il y prêcha avec succès dès l'âge de quinze ans. Après avoir, à partir de 1672, étudié au séminaire Saint-Sulpice, également proche des jésuites, il fut reçu docteur en théologie à l'université de Cahors le 26 mars 1677 et ordonné prêtre à Sarlat, le 17 avril 1677. Attirant l’attention sur lui par de belles prédications, il fut nommé en juin 1679 par l'archevêque de Paris supérieur de l’Institut des Nouvelles Catholiques, un internat parisien consacré à la rééducation de jeunes filles de bonne famille dont les parents, d’abord protestants, avaient été convertis au catholicisme.
 
François Gaspard Aimé Lanno dit François Lanno, né le 16 février 1800 à Rennes, et mort le 5 septembre 1871 à Beaumont-du-Gâtinais, est un sculpteur français. François Lanno est le fils de François Lanno, garde d’artillerie à l’Arsenal de Rennes, et d'Anne Dupuy. Entré à l'école publique de peinture, sculpture et dessin de Rennes, il obtint un premier prix de sculpture en 1817. Il est admis à l’École royale des beaux-arts de Paris en 1818 où il suit l’enseignement des sculpteurs Pierre Cartellier et François-Frédéric Lemot. Récompensé par un second prix de Rome de sculpture en 1825 avec Prométhée attaché au rocher, il obtient le premier grand prix en 1827, avec un haut-relief intitulé Mucius Scævola devant Porsenna (musée des beaux-arts de Rennes). Pensionnaire de l’État, il séjourne à la villa Médicis à Rome entre 1828 et 1832. Il débute au Salon de l’Académie des beaux-arts de 1834 et il y expose régulièrement jusqu’en 1868. En 1843, il y reçoit une médaille de seconde classe, et une médaille de troisième classe à l’Exposition universelle de 1855.
 
Adresse
Place Saint-Sulpice
75006 PARIS
 
GPS
Latitude : 48.850909
Longitude : 2.333275
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro : Saint-Sulpice (ligne 4)
Bus : 63/70/86/87/96 arrêt Place Saint-Sulpice
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte du 6ème arrondissement et découvrir les environs.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 6ème arrondissement.
D’autres articles concernant Les Statues et sculptures diverses peuvent vous intéresser.
Retrouvez d’autres articles intéressants portant sur Les statues du 6ème arrondissement.
 
Liens externes sur ce sujet
 
Sources
Dictionnaire historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2017