Aide à la recherche / Statues de l'Hôtel-de-Ville

LES STATUES DE L’HÔTEL-DE-VILLE
Statues de l'Hôtel-de-Ville  
 
 
Cet article est une forme d'aide à la recherche. Les articles concernant les statues de l’Hôtel-de-Ville sont classés par ordre alphabétique.
 

Lire la suite : STATUES DE L'HOTEL-DE-VILLE

LES STATUES DE L'HÔTEL-DE-VILLE - NICOLAS LANCRET
 
 
 
La statue de Nicolas Landret
La statue de Nicolas Lancret par François Truphème se trouve sur la façade est de l’Hôtel-de-Ville au premier niveau.
 

Nicolas Lancret, né le 22 janvier 1690 à Paris où il est mort le 14 septembre 1743, est un peintre français. Il a brillamment dépeint l’esprit de comédie légère caractéristique des gouts et des mœurs de la société française de la Régence. Fils d’un cocher, Lancret fut destiné dès son jeune âge à la profession de graveur en creux. Il reçut, à cet effet, de son frère aîné, Joseph Lancret, qui était maître graveur, les premières leçons de dessin pour lequel il manifesta de rares aptitudes. Il obtint alors de ses parents d’abandonner son métier de graveur pour la peinture. Il entra d’abord à l’atelier de Pierre Dulin, professeur de l’Académie, puis prit pour maître le peintre Gillot dont Watteau était l’élève. Celui-ci se lia avec Lancret et lui conseilla de quitter l’atelier, de ne plus prendre pour guide que la nature, de dessiner des vues de paysages aux environs de Paris, et d’inventer des compositions où il pourrait se servir de ses études. Lancret suivit ce conseil, et les deux tableaux qu’il exécuta reçurent l’approbation de Watteau, ainsi que de l’Académie, qui l’agréa le 24 mars 1719. Encouragé par ces premiers succès, Lancret redoubla de zèle et fit tant de progrès que, dans une exposition publique, place Dauphine, deux de ses toiles furent attribuées à Watteau. Plusieurs des amis de ce dernier lui en ayant fait compliment, Watteau en conçut une telle jalousie qu’il rompit pour toujours toute relation avec lui. Lancret fut nommé conseiller à l’Académie le 24 mars 1735. Dès lors, sa vie fut entièrement absorbée par la pratique de son art. Il se voulait initialement peintre d’histoire mais s’adonna également aux fêtes galantes et aux scènes de la vie quotidienne. Dans ses promenades à la campagne, il faisait des croquis de tout ce qui le frappait, peignant un nombre considérable de tableaux de genre, des noces de villages, des bals, des foires. Il a fait aussi quelques portraits de contemporains et des compositions historiques. D’une grande intégrité, Lancret n’était pas homme à se laisser séduire par l’appât du gain quand les moyens qu’on lui offrait pour gagner de l’argent ne lui semblaient pas honorables : un marchand de tableaux lui offrit un jour de se l’attacher, moyennant un traitement annuel assez élevé, pour la retouche des tableaux de prix qui auraient besoin d’être « remaniés » en vue de la vente. Lancret refusa cette offre en disant : « J’aime mieux courir le risque de faire de mauvais tableaux que d’en gâter de bons. ». Il travailla longtemps en société avec Lajoüe, qui faisait les fonds des tableaux ou les ornements des décorations d’appartements, dont il recevait les commandes. C’est ainsi qu’il peignit Le Salon pour M. de Boulogne, pour M. de Beringhen, pour M. de la Faye, pour un grand nombre d’autres amateurs et même pour le roi, des peintures se faisant suite comme les Éléments, les Quatre Ages de la vie, les Saisons, des Jeux d’enfants, les Quatre Heures du jour en hiver et les Quatre Heures d’un jour d’été : une jeune femme en négligé reçoit, le matin, l’abbé son indispensable, et lui verse une tasse de café pendant que la servante les regarde d’un air entendu. À midi, des jeunes femmes se sont groupées à l’ombre des arbres du parc, auprès d’une fontaine surmontée d’un Amour qui tient l’aiguille d’un cadran solaire.

François Truphème né à Aix-en-Provence le 23 mars 1820 et décédé à Paris le 22 janvier 1888 est un sculpteur français. André François Joseph Truphème, frère aîné du peintre Auguste Truphème, est l’élève de Jean-Marie Bonnassieux, grâce à la protection de Mignet. À partir de 1850 il expose au Salon jusqu’à sa mort survenue en 1888. Il obtient trois médailles en 1859 pour Rêverie, en 1864 pour Une jeune fille à la source1 et en 1865 pour Le berger Lycidas sculptant le bout de son bâton. Il réalise de nombreuses sculptures pour les monuments publics. Dans l'escalier d'honneur du Musée des Beaux-Arts du palais Longchamp à Marseille, il réalise trois couples d'enfants portant les cartouches dédiés à Van Loo, Guérin et Espercieux. Pour le palais de justice de Marseille il sculpte dans la première chambre Bonaparte discutant le Code au Conseil d'État, et deux figures isolées, l'Éloquence et la Vérité. Pour le palais des Arts de Marseille, il sculpte le génie des sciences placé dans une niche au sommet de l’avant corps de gauche du bâtiment, tandis que Louis-Félix Chabaud sculpte le génie des arts au sommet de l’avant corps droit. Il réalise les deux statues qui se dressent à l'entrée du cours Mirabeau à Aix-en-Provence : celle de la partie nord représente les sciences et les arts tandis que celle de la partie sud représente l'industrie et les arts décoratifs. Il participe à la décoration de plusieurs monuments de Paris : hôtel de ville, Palais Garnier et palais du Louvre.

Adresse
Place de l'Hôtel-de-Ville
75004 PARIS

GPS
Latitude : 48.856505
Longitude : 2.352404

Plan


Comment s'y rendre
Métro : Hôtel-de-Ville (lignes 1, 11)
Bus : 38/47/67/69/72/74/75/76/96 arrêt Hôtel-de-Ville

A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 4ème et découvrir les environs
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d'autres articles portant sur le 4ème arrondissement.
Cet article est lié à la catégorie Les statues de l'Hôtel de Ville, mais aussi à celle des Statues du 4ème arrondissement.


Liens externes sur ce sujet
https://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_Truph%C3%A8me 
https://fr.wikipedia.org/wiki/Nicolas_Lancret

Sources
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2013