Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE SAINT-JACQUES
 
 
La rue Saint-Jacques
 
 
La rue Saint-Jacques est la rue la plus ancienne de Paris. Son alignement occidental originel constitue le tracé fondateur de la ville romaine.
 
 
C’est sur le point le plus haut de cet axe, qu’a dû être implantée la première station des géomètres romains. Ce point zéro peut être situé relativement précisément devant le numéro 174. C’est à partir de ce premier jalonnement qu’a été tracé le quadrillage urbain primitif dont le module fait 300 pieds romains (0,296 m) soit 88,80 mètres. La largeur de la rue ancienne, conservée entre les numéros 176 et 184 et 151 à 171, correspond à celle de la rue antique. Vers le sud, à la hauteur de la rue de l’Abbé de l’Epée, devant l’église Saint-Jacques-du-Haut-Pas, la rue amorce un biais interprétable comme le raccordement de la rue romaine à un système routier plus ancien. En effet, le « cardo maximus » est la section urbaine d’une route allant d’Orléans à Senlis et permettant de franchir la Seine. Vers le nord, il se continue dons par la rue de la Cité dans l’île et par la rue Saint-Martin sur la rive droite.
 
L’apôtre saint Jacques, frère de saint Jean l’évangéliste appartient au cercle rapproché du Christ. Premier des apôtres suppliciés, il meurt décapité en 44 à Jérusalem. On l’appelle parfois saint Jacques le Majeur afin de le différencier de saint Jacques (dit le Mineur), cousin germain de Jésus. Son activité apostolique après l’Ascension est méconnue, ce qui favorisa probablement le développement de la légende selon laquelle il aurait évangélisé l’Espagne, qui souhaitait rattacher l’histoire de son Église à celle d’un disciple du Christ. 
En vérité, il n’a jamais prêché en Espagne et sa sépulture ne se trouve pas en Galice.
 
Cette légende a été introduite dans le contexte de la croisade contre les Maures (Reconquista) qui contrôlaient la majeure partie du pays depuis le début du VIIIe siècle. Dans le même esprit, les moines de Cluny favorisèrent le pèlerinage à Compostelle pour financer la reconquête chrétienne des terres espagnoles.
À Paris, de nombreux édifices (églises, chapelles, hôpitaux) dédiés à l’apôtre sont bâtis à partir du XIe siècle. Son culte est par ailleurs favorisé par le passage de la route vers Compostelle pour les pèlerins venus du Nord et de l’Est de l’Europe. Au Moyen Âge, la popularité de ce saint est telle que sa fête (le 25 juillet) est chômée dans la capitale. Peu de ces bâtiments sont encore visibles aujourd’hui. Demeurent les églises paroissiales Saint-Jacques-du-Haut-Pas et Saint-Jacques-Saint-Christophe-de-la-Villette, édifiées respectivement au XVIIe et XIXe siècles, alors que le culte à saint Jacques avait déjà perdu de sa popularité.
 
Le cadran solaire de Salvador Dali 5 – Deux étages de caves.
19-23 – Vieilles maisons.
21 – Dans l’entrée, vantail d’une porte du XVIème siècle. Dans la cour du fond, maison du XVIIIème. Dans une petite cour à gauche, escalier. Deux étages de caves.
27- Le cadran solaire de Salvador Dali.
55-73 – Vieilles maisons, la porte et le balcon du 67 sont classés.
123 - Le lycée Louis-le-Grand.
151bis – Emplacement, entre ce numéro et le 172 de la porte Saint-Jacques de l’enceinte Philippe Auguste. Cette porte, édifiée vers 1200, resta celle de l’enceinte Charles V lorsque le rempart fut doublé, sur la rive gauche, de 1357 jusqu’en 1646, par un fossé. Les rues des Fossés Saint Jacques et des Fossés Saint-Michel (rue Malebranche) rappellent le souvenir de ce fossé. Hôtel construit, en 1718, par l’architecte Nicolas Lepas-Dubuisson. Il appartint ensuite à la famille Le Camus de Mézières. Balcon central, mascarons, ferronneries. La façade sur rue est classée. L’entrée de cet hôtel conquit à une cour où s’élève, entre cette cour et un jardin, un autre hôtel du XVIIIème possédant un bel escalier en fer à cheval avec une élégante rampe en fer forgé s’élevant jusqu’au 4ème étage. Sa façade sur jardin présente un fort beau balcon supporté par quatre consoles de pierres sculptées. Mascarons.
156 – Emplacement de l’ancien couvent des Jacobins.
157Le restaurant Perraudin, bistrot de style 1900.
163bis – Les deux noms de rues gravés dans la pierre, ont été amputés du « St » sous la Révolution. L’inscription « FDT » gravée sur le soubassement de cette maison indique que celle-ci était située à la limite du fief des Tombes. En 1779, l’archevêché de Paris possédait encore dans la capitale neuf fiefs sur lesquels il avait droit de cens et de voirie.
167 – Le numérotage de cette maison, noir sur fond jaune, est celui qui fut prescrit, en 1805, par le préfet Frochot.L'Institut de Géographie
173/175/177 – Vieilles maisons.
187-193 – Emplacement du Couvent de la Visitation Sainte-Marie. De tout cet ensemble, il ne reste, au 187, qu’une partie d’un immeuble du XVIIIème siècle ayant appartenu aux visitandines
191 - L'Institut de Géographie qui fut construit entre 1913 et 1926, à l'initiative de l'Université de Paris et grâce aux dons de la très érudite et très dreyfusarde marquise Arconati Visconti. Une plaque, au sommet de la façade, rend hommage à cette aristocrate férue de géographie et de politique qui finança l'Aurore de Clémenceau, aida Jaurès à lancer l'Humanité et légua toute sa fortune à l'Université de Paris. L'Institut a contribué au renouveau de la discipline, publications savantes, atlas et plans-reliefs à la clé. Le bâtiment hébergea un temps l'Institut d'Ethnologie, avant qu'il n'emménage au musée de l'Homme en 1938.
195 - Aisément reconnaissable à son architecture méridionale et à la superbe pieuvre en fer accrochée au-dessus de sa porte d'entrée, l'Institut Océanographique doit son existence à l'amour d'un prince, en l'occurrence Albert 1er de Monaco, pour sa belle mer, la Méditerranée. Explorateur passionné, soucieux du retard pris par la France dans l'étude du milieu marin, il dirigea 28 La Maison des Océans campagnes scientifiques entre 1885 et 1914. En 1906, il racheta à la Sorbonne une parcelle du site, fit construire un établissement de recherche et d'enseignement en biologie marine, en océanographie physique et en physiologie des êtres marins et le jumela avec le musée de Monaco, fondé dans la principauté en 1899. Construit autour de deux magnifiques amphithéâtres et ouvert au public, l'Institut dispense des cours universitaires et des conférences. Les très nombreux volumes de la bibliothèque peuvent être consultés gratuitement.
200 - La charcuterie du Panthéon, construite entre 1914 et 1920, décorée par Renato Panzanni est inscrite au Monuments Historiques depuis 1984.
202 - L'ancienne crémerie est également classée aux Monuments historiques.
208/210/212/216 – Vieilles maisons. Le 208 est à pignon.
242 - Des peintures murales d'époque gallo-romaine ont été découvertes dans une petite salle lors d'une fouille de sauvetage en 1974. Une de ces peintures est de la fin du 1er siècle, l'autre est du 2e siècle, de même que les fragments d'un panneau représentant un paysage retrouvés dans un puits voisin.L'Institut des sourds-muets
247/249/251 – Vieilles maisons.
250 - Le siège de La Société Française de Chimie, qui publie six revues dont le Bulletin de la Société Chimique.
254L'Institut des Sourds-muets.
257/259/261 – Vieilles maisons.
269-269bis – Couvent des Bénédictines anglais devenu La Schola cantorum.
277 – Vieux puits.
L'Académie américaine 277bis Le Val-de-Grâce.
279 – Façade et toitures classées.
281-285 – Maisons construites vers 1680-1683.
284Le Carmel de l’Incarnation.
289 – Vieil hôtel datant de 1702.
291-293 – Vieilles maisons.
298Borne limite de Paris.
303/316/318/328/330/336/338/340/342 – Vieilles maisons.
 
Adresse
Rue Saint-Jacques
75005 PARIS
 
GPS 
Latitude : 48.845593
Longitude : 2.342679
 
Plan
 
Comment s'y rendre
Métro :
Bus :
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
 
Liens
Vous pouvez être intéressés par d'autres articles sur Le 5ème arrondissement.
D'autres articles portant sur la catégorie Les Rues peuvent vous intéresser.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Sources
Wikipedia
Dictionnaire Historique des rues de Paris
Paris rues
Photos Richard Desenclos 2008/2015