Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE JACOB
 
La rue Jacob
Le nom de la rue vient du fait que Marguerite de Valois (la fameuse « reine Margot »), première épouse du roi Henri IV, qui s’était installée dans le faubourg Saint-Germain en 1605, avait chassé trois ans plus tard les frères de la Charité du couvent voisin de son domicile et les remplaça par des augustins déchaussés.
Elle exauçait par ce geste un vœu formé après qu’elle fut « visitée » et « secourue » par Dieu. Dans ce couvent rebaptisé « monastère de la Sainte-Trinité », Marguerite fit élever un « autel de Jacob » en souvenir du patriarche biblique, également secouru par Dieu si l’on en croit les récits sacrés et l’étymologie de son nom.
Une décision ministérielle du 14 juillet 1836, autorisa l'intégration à la rue Jacob de la « rue du Colombier » située dans le prolongement de cette dernière. On procéda à la régularisation du numérotage en vertu d'un arrêté préfectoral du 26 août suivant. Une ordonnance royale du 29 avril 1839 a fixé la moindre largeur de cette voie publique à 10,70 m.

3 – Hôtel de Luynes en 1789.
5 – Porte
7 – Hôtel Saint-Paul de 1640
11 – Mascarons, escalier de 1820.
12 – Hôtel de Saxe. L'ancien cabaret L'Échelle de Jacob. Cour de 1715. Le poète, homme de lettres, homme politique et académicien Victor de Laprade (Montbrison, le 13 janvier 1812 - Lyon, le 13 ou 14 décembre 1883) habita ici.
13 – Mascarons de 1820.
14 - Richard Wagner y habita du 30 octobre 1841 au 7 avril 1842.
15 – Vieil hôtel, aujourd’hui hôtel moderne. Porte conservée.
16 - Jean-Louis Baudelocque (1745–1810), obstétricien, y habita et y mourut.
18 - Pierre-Jules Hetzel, éditeur de Balzac, Victor Hugo, Baudelaire, Jules Verne, Gustave Doré, George Sand, etc. y était installé. Immeuble de 1928. L'écrivain, historien, archéologue et académicien Prosper Merimée (Paris, le 28 septembre 1803 - Cannes, le 23 septembre 1870) habita ici de 1847 à 1852.
19 - L'actrice et chanteuse britannique Jane Birkin y habita pendant les années 1990 et 2000.
20 – Ici se trouvait l'atelier de Thales Fielding qui le laissa à Eugène Delacroix. Aujourd'hui Boutique Michel Klein. Au fond du jardin temple aux colonnes doriques. Ferronneries des balcons. C'est probablement ici qu'habita la comédienne Adrienne Lecouvreur (Damery (Marne), le 5 avril 1692 - Paris, le 20 mars 1730) (en face de son amant Maurice de Saxe), généralement tenue pour la plus grande actrice de son temps. Plus tard, la femme de lettres américaine Natalie Clifford Barney (Dayton (Ohio), le 31 octobre 1876 - Paris, le 2 février 1972) habita également cet hôtel. Pendant plus de soixante ans, son salon littéraire de la rue Jacob a accueilli les écrivains et artistes qui ont compté des deux côtés de l'Atlantique.
22 – Façade de 1750. Arrière-cour.
24 - C'est à cette adresse qu'en 1830, se trouvait la maison du libraire-éditeur Firmin Didot et frères.
26 – Maison de 1680.
27 - L'hôtel particulier, avec son célèbre if dans la cour donnant sur la rue, a hébergé de 1945 à 2010 les éditions du Seuil avant d'accueillir les Éditions des Arènes, l'Iconoclaste et Rollin Publications (XXI, 6 mois).
28 - Maison de 1669 habitée lors de ses premières années littéraires (1893 à 1896) par Colette. Porte.
32 – Hôtel Rohan-Rochefort. Fenêtres.
35 – Cour.
39 – Hôtel Anspach – Balcon.
41 - Porte
45 - Le photographe Charles Louis Michelez, qui fut photographe de l'Administration des beaux-arts de 1864 à 1895, y avait son studio et laboratoire. Il s'installa rue Vavin après la guerre de 1870.
46 – Maison de 1798 – Porte, cour, maison au fond de la cour, escalier, bustes et statues.
52 – Maison de 1750 – Fenêtre de l’entresol.
56 - Ancien hôtel d'York (aujourd'hui un immeuble) où fut signé le traité de Paris de 1783, qui met un terme à la guerre d'indépendance des États-Unis. Le cinéaste américain Terrence Malick y habita dans les années 80-90. Plaque : "En ce bâtiment, jadis Hôtel d'York, le 3 septembre 1783, David Hartley, au nom du Roi d'Angleterre, Benjamin Franklin, John Jay, John Adams, au nom des Etats-Unis d'Amérique, ont signé le Traité Définitif de Paix reconnaissant l'indépendance des Etats-Unis.
58 – Ancien hôtel meublé du Danube.

Adresse
Rue Jacob       
75006 PARIS

GPS
Latitude : 48.855348
Longitude : 2.334396

Comment s'y rendre
Métro : Saint-Germain des Prés (ligne 4)
Bus : 39/63/95 arrêt Saint-Germain des Prés, 39/95 arrêt Jacob

Plan


A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 6e et découvrir les environs

Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 6e arrondissement.
Retrouvez d’autres articles concernant Les Rues.

Liens externes sur ce sujet
-

Source
Dictionnaire Historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R.Desenclos 2014