Aide à la recherche / Rues

LES RUES

Les rues de Paris
Cette liste est une forme d’aide à la recherche. Les articles concernant les rues sont classés par ordre alphabétique. Une indication de l’arrondissement permet de retourner facilement dans celui-ci en cliquant en haut de la page sur « Paris », puis « Arrondissement » et enfin le numéro de ce dernier.

Lire la suite : RUES

LA RUE CHANOINESSE
 
La rue Chanoinesse
 
 
Située sur la pointe Est de l'île de la Cité qui fait face à l'île Saint-Louis, la rue doit son nom aux nombreux chanoines qui l'ont habitée.
 
 
Ces membres du clergé étaient attachés au service de la cathédrale Notre-Dame située à proximité. Une maison de chanoine construite en 1512 est toujours visible au numéro 24. La rue Chanoinesse était la principale artère du cloître Notre-Dame, quartier délimité par l'église métropolitaine, l’Hôtel-Dieu et le fleuve, qui « formait comme une autre île, une autre cité, dans l’île de la Cité ». Elle mesure 190 mètres de long, commence rue du Cloître-Notre-Dame et se termine rue d’Arcole.
 
8 – Ecole Nationale de la Magistrature
Le bâtiment de couleur rouge brique date de 1853, et donne côté Seine sur le quai aux Fleurs et côté rue sur la cathédrale Notre-Dame. Il est de style romantique avec de typiques lucarnes, des détails moyenâgeux et des décors polychromes en façade. Il a été occupé jusqu’en 1868 par l’état-major des pompiers.
10 - Au XIIe siècle, l'emplacement du 10 rue Chanoinesse était occupé par la maison du chanoine Fulbert qui donna pour précepteur à sa nièce Héloïse le philosophe Abélard. C'est du moins ce que l'on croyait au XIXe, sans doute par confusion avec la chapelle Saint Aignan construite en 1116 par un supposé autre oncle d'Héloïse, Etienne de Garlande, dont l'hôtel occupait toute cette partie du cloître Notre-Dame jusqu'au rempart. Fulbert, a-t-on découvert depuis, était en effet chanoine extra-muros, c'est-à-dire qu'il était affecté non au cloître Notre-Dame, qui servait d'école cathédrale, mais à l'hôpital des Pauvres, embryon de l'actuel Hôtel Dieu.
Plaque : "Pierre Trimouillat, chansonnier-humoriste, né en 1858 à Moulins, habita cette maison de 1890 à 1929."
 
12 – L’Hôtel de Montgaubert ou du Grand Chantre. Au XXe siècle, la partie Nord du numéro 12 a été louée à l’Aga Khan et à sa famille. Cet immeuble abrite une construction médiévale qui a été remaniée au cours des années 1920.
Le bel hôtel de Montgaubert du XVII° siècle possède des façades sur les rues Chanoinesse et des Chantres qui sont très bien conservées. Les ferronneries des balcons, la porte cloutée, la voûte du vestibule d’entrée sont remarquables. De la cour intérieure, on a un fort joli coup d’œil sur le bâtiment principal, moderne reconstitution Renaissance de l’Hôtel du Grand-Chantre dont la juridiction s’étendait à tout ce qui concernait les petites écoles de la ville, des faubourgs et de la banlieue. Beau puits remarquable, encore en eau ; petit cloître derrière le bâtiment. Ce bel hôtel se situe dans une zone épargnée par le préfet Haussmann.
 
14 - Le médecin, biologiste et physiologiste Xavier Bichat est mort le 22 août 1802 au 14 rue Chanoinesse.
 
16 - Entre 1673 et 1676, le dramaturge Jean Racine habite au deuxième étage de l’hôtel des Ursins, situé au numéro 7 de la rue du même nom, donnant sur le 16 rue Chanoinesse. L'écrivain Henri Bremond a vécu au numéro 16. Le journaliste Hubert Beuve-Méry, fondateur du quotidien Le Monde, passa son enfance au 16 rue Chanoinesse.
 
17 - Le cardinal de Retz, archevêque de Paris de 1654 à 1662, célèbre mémorialiste et homme politique qui fut le chef de l'opposition à Mazarin pendant la Fronde, aurait fait du 17 rue Chanoinesse son quartier général. Le prédicateur Henri Lacordaire a vécu au numéro 17.
 
18 - Depuis 1945, le 18 de la rue accueille la compagnie motocycliste de la Direction de l’Ordre Public et de la Circulation et ses 250 motards. Rattachés organiquement à la Préfecture de Police dont le siège est tout proche, ce garage est partiellement souterrain. Il sert également de locaux administratifs et de vestiaires aux fonctionnaires de l'unité.
Emplacement d’une tour du 15ème siècle, dite la Tour Dagobert, démolie en 1908. Le pivot de l'escalier en colimaçon, qui était formé d'un seul morceau d'un arbre de chêne, a été transporté au Musée de Cluny. De la Tour on avait une vue intéressante sur la cathédrale.
 
22/24 – L’Affaire de la rue Chanoinesse
Le 22 et le 24 de la rue Chanoinesse sont toujours occupés par des bâtiments datant du XVIème siècle. L’auberge du 24 possède une enseigne qui indique que le restaurant a été créé en 1594 et les cours des deux bâtiments sont bordées de maisons d’époque. A l’époque, les deux boutiques étaient un restaurant et un coiffeur. Une étrange affaire est relatée à propos de ces deux commerces. Le coiffeur choisissait dans sa clientèle des gens de passage et d’un coup de rasoir les expédiait dans l’au-delà. Les corps étaient savamment dirigés vers le sous-sol où œuvrait le boucher qui en faisait des pâtés, galantines et autres saucissons, le tout étant vendu dans la boucherie située au-dessus. Le tout-Paris s’arrachait les pâtés qui avaient un goût à nul autre pareil. La photo de gauche représente le billot en pierre sur lequel le boucher découpait les victimes. En réalité, il s’agit d’un vestige de la première enceinte de Paris dont il demeure des marques, rue de la Colombe, toute proche. Il se trouve dans le sous-sol du garage de la Préfecture de Police. Il est possible de voir le billot en demandant aimablement au policier qui garde l'entrée du garage.
 
24 – Le restaurant Au Vieux Paris d’Arcole.
Ici, on trouve un restaurant dont l’origine remonte au 14ème siècle (1594).
 
26 – Les pierres tombales
Au 26 de la rue Chanoinesse, une cour tout en longueur, peut-être un ancien passage, maintenant condamné possède sur des pierres du sol de bien étranges marques. Ce sont des traces de lettres gothiques gravées sur ce qui était à l’époque des pierres tombales. Celles-ci représentent vraisemblablement la dernière demeure de moines qui oeuvraient dans l’un des nombreux édifices religieux de l’île. L’ensemble des bâtiments voisins est fort ancien puisque l’auberge sise au 24 date de 1594.
C'est aussi l'emplacement de la maison où le chanoine Fulbert demanda à Pierre Abélard (1079-1142) de devenir le précepteur de sa nièce Héloïse (1101-1164), avec toutes les conséquences dramatiques connues...
 
Adresse
Rue Chanoinesse
75004 PARIS
 
GPS  
Latitude : 48.853757
Longitude : 2.350852
 
Comment s'y rendre
Métro : Cité (ligne 4)
Bus : 47 arrêt Parvis de Notre-Dame     
 
Plan
 
A voir dans les environs
Vous souhaitez en savoir plus sur les sites intéressants qui se trouvent à proximité, vous pouvez utiliser nos cartes interactives.
Naviguer sur la carte Paris 4ème et découvrir les environs.
 
Liens
Si vous souhaitez consulter d’autres articles portant sur le 4ème arrondissement.
Vous pouvez accéder à d’autres articles concernant Les Rues qui peuvent vous intéresser.
 
Liens externes sur ce sujet
-
 
Source
Dictionnaire historique des rues de Paris
Wikipedia
Photo R. Desenclos 2012